top of page

Marion Guen-chant/percus

Marion Gwenn aime chanter dès qu'elle a un coup dans le nez !

Comédienne, c'est un ami à elle qui la jette sur scène pour chanter...

Dès lors elle ne cessera pas, elle travaille, écrit, joue dans différentes formations.

" Les Sœur André, Maïon et Wenn, Turbo sans Visa, Vilaine People..."

Elle découvre la polyphonie et différentes techniques vocales et le kan ha diskan

dans le trio "C'hoarezed Trakeo".

C'est avec l'une de ses commères Arzela Abiven, qu'elle crée "Kaolila", en rassemblant autour d'elles, Danielle Titley, Hélène Brunet et Nicola Hayes.

Composer, chanter en Breton des créations blues, rock, musique du monde...

Voilà un projet qui la motive, tant par la force de ses comparses que part la proposition et le résultat, qui la touche profondément, parler des femmes entre femmes !

Marion Gwenn portrait.jpg

Arzela Abiven-chant/percus

Aujourd'hui safranière, Arzela a grandi dans une famille où l'échange culturel et les cultures minoritaires étaient au centre des débats.

Passionnée par le monde arabe et les peuples nomades, elle renoue avec sa culture bretonne et monte un répertoire de kan ha diskan avec deux commères : les c'hoarezed Trakeo.

De fil en aiguille, son approche de la musique bretonne la pousse à ouvrir ses horizons et à mêler les sonorités qui l'ont toujours émues pour créer un répertoire plus varié : Kaolila.

Hédoniste dans l'âme, Arzela a appris à chanter autour de belles tablées nocturnes et à donner de la voix, pour ne pas dire s'égoziller, dans les festoù-noz et autres soirées bruyantes et licencieuses.

32 filtre.jpg

Faustine Audebert-chant/percus/basse

Elle est baignée très tôt par le jazz, les musiques progressives et le folk. Formée d'abord dans la classe de piano du Conservatoire de Rennes, elle se consacre au répertoire classique et obtient une licence en musicologie.

Lorsqu’elle découvre la musique traditionnelle bretonne, elle s’y consacre à travers le chant. En suivant un cursus jazz en tant que pianiste au Conservatoire de Saint-Brieuc, avec Jean-Philippe Lavergne et Jean-Mathias Petri, ainsi qu’au Conservatoire de Brest avec Frédéric Bargeon-Briet, elle participe au Nimbus Orchestra en 2011, dirigé par Steve Coleman.

2008 marque ses premières expériences scéniques fortes: Théâtre National de Bretagne, Le Quartz (scène nationale de Brest), Festival Les Suds à Arles, Festival des Vieilles Charrues, FIL,... Les projets musicaux qui en découleront sont nombreux. Ainsi, chanteuse et parfois pianiste ou guitariste des groupes Bayati, [Zõn], Arz Nevez, Sin Antesia, Charkha, Fæst, elle fait partie des musiciens reconnus en Bretagne pour leurs propositions musicales innovantes.

 

faustine audebert.jpg

Nicola Hayes-violon

Nicola Hayes, violoniste australienne d'ascendance anglo-grecque, a gardé un petit accent charmant malgré vingt ans passés en Bretagne, et sait déjà qu'elle porte un prénom de garçon.

Dilettante, superficielle et indécise, son signe astrologique chinois est le rat, elle est aussi gémeaux, ce qui ne rend pas la vie facile pour son entourage.

 Elle aime les glands plutôt que les religieuses, les nuits blanches, lire le dictionnaire, les paresseux, et jouer avec ses potes.

Son plus vieux couple musical, en duo avec Hélène Brunet (old time music), ne l'empêche pas d'être entendue au sein de moultes formations telles que le Jack Danielle's String Band, Jack Titley & the Bizness, Hayes-Léon-Quemener (musique irlandaise), Karl Halby Trio (blues)...

nico 4.JPG

Hélène Brunet-guitare/stompbox

Guitariste et « stompiste » du groupe, Hélène Brunet s’efforce dès sa plus tendre adolescence de s’extirper du marasme ambiant en enchainant les accords et les triolets avec plus ou moins de réussite.

Après quelques groupes tels que les Guernettes et leurs tournées au début des années 2000, des trad music camp en ex-yougoslavie, des heures à jouer en sessions, un déménagement andalou etc, elle finit par s’habituer à l’idée qu’elle ne révolutionnera pas le genre, mais pourra néanmoins sauver sa peau en exerçant l'activité de guitariste.

Elle se forme au conservatoire jazz de Saint-Brieuc, participe à la Kreiz Breiz Akamedi II le retour (Meddhi Addab, Erik Marchand), aux spectacles « autour de la guitare » avec Jean-Felix Lalanne, en duo avec sa pote violoniste Nicola Hayes (3 tournées australiennes et 1456 cabarets bretons ?), en solo avec la compagnie équestre « Atao », en groupe nucléaire avec Tôk et le batteur Daniel Jeand’heur, en jazz oblique avec Faustine, en trio rock avec Nolwenn Korbell et Stéphane Kerihuel, en festoù-noz avec Nolùen le Buhé et Yuna Léon, et en duo avec le guitariste Yann Le Gall…

Face à l’urgence climatique, l’avenir étant reporté hypothétiquement à peut-être ultérieurement,  elle se console en rejoignant le présent distillé de Kaolila.

portraits-naia-7.jpg
bottom of page